Polski / English
2017-12-02

Jolly New Songs review - New Noise

D’office, sachez que vous sera épargné le fameux refrain sur le « rock Polonais », l’inévitable partie sur « le talent de ce groupe venu de l’Est », « l’exotisme sonore d’un groupe dont le nom résonne comme la charge de la cavalerie espagnole à Montevideo », etc. D’abord parce que Trupa Trupa est un groupe polonais, oui, mais c’est avant tout un grand groupe tout court.

Ensuite, parce que si l’on peut sentir certaines influences musicales (les Black Angels, le Velvet Underground, Pavement, Slint, le post-rock, le prog-rock) c’est avant tout un disque ambitieux, pas exotique. Certainement le plus ambitieux, d’ailleurs, de ce quatuor mené par Grzegorz Kwiatkowski. Après l’excellent Headache (chroniqué dans nos pages, voir New Noise #36) nous étions en droit d’attendre impatiemment ce deuxième album, sauf qu’en réalité il s’agit du quatrième pour cette formation de Gdansk ! Jolly New Songs, donc, est un vrai festival pop-rock-psychédélique et même parfois prog-pop-psychédélique. Un disque du genre que l’on attendait plus à une époque où le revival et le crossover divers et variés noient toute tentative de classification. Et comment classer Jolly New Songs d’ailleurs ? Du très post-rock « Against Breaking Heart Of A Breaking Heart Beauty » qui ouvre le disque à la conclusion pop-noise de « To Me », chaque morceau s’inscrit dans une énergie et une esthétique singulière. Le groupe développe ses atmosphères toutes en profondeur avec beaucoup de cohérence et de cohésion. L’ensemble est fort (écoutez « None Of Us », morceau de pop symphonique dont on dirait qu’elle est jouée par Earth ! ) et il y a dans presque chaque morceau une part égale de luminosité et de noirceur fascinante (sur « Coffin », sur le très beau « Mist », dans le free-rock de « Love Supreme » ). Avec ce disque Trupa Trupa, plus encore que sur Headache, prend le temps de développer des atmosphères sur la durée (voir l’épique « Leave It All ») et d’affiner son univers sonore (de l’ambient tellurique sur l’intro de « Never Forget », une déconstruction pop-punk post-punk sur « Falling »…) tout en continuant à cultiver cette liberté que nous célébrions dans notre chronique de Headache. Une belle démarche, à découvrir et à soutenir.

8,5/10

Maxence Grugier, www.noisemag.net